Entretien avec le collectif de graffiti OnOff

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Interview street art graffiti paris LIMO-ONOFFCREW-2

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff

Parlez-nous de vos parcours artistiques.

Le OnOff crew est un groupe de personnes, des amis qui ont évolué dans différents domaines créatifs: design, architecture, design graphique, photographie, dessin – nous travaillons tous dans ce genre de secteurs en tant que designers. Notre temps à l’université à étudier l’art nous a donné des références, des pratiques, des cultures, et il a également ouvert notre esprit dans notre art du graffiti.

Nous sommes une équipe depuis trois ans, basée à Paris. Chaque membre vient d’une ville et d’un département différents en France.  Se réunir à Paris a permis à notre attention et motivation de se développer. Nous avons créé le groupe à Reims où la scène graffiti n’était pas très grande mais nous avons eu quelques bonnes réunions. La province nous a offert de grands espaces vides contrairement à Paris. Ce que nous apprécions le plus à Paris, cependant, c’est la multitude de styles, de gens, de groupes, de réunions, d’événements. Il y a une grande émulsion à Paris, et ça bouge tout le temps. De nouvelles oeuvres apparaissent tous les jours. C’est une mine d’or pour les yeux.

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

Avez-vous des endroits préférés pour faire des œuvres d’art en plein air?

Il y a quelques mois, nous étions en train de peindre sur ce mur célèbre rue des Pyrénées. Pendant trois ou quatre ans, chaque groupe parisien a réalisé sa propre oeuvre sur ce mur. Chaque week-end, c’était un moment spécial avec de nouvelles rencontres, de nouvelles connexions, des festivals, de la photo. Pour nous, c’était le meilleur endroit à Paris, non seulement pour les artistes de graffiti, mais pour les familles et les personnes avec des enfants qui peuvent apprécier, venir et profiter des couleurs dans la rue. Maintenant, il est mort. RIP ce mur.

Nous ne pensons pas qu’il y ait un «meilleur endroit» pour le street art à Paris parce que chaque personne peut rendre un endroit unique et spécial, comme il le souhaite – tout Paris est une carte de street art.

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

Préférez-vous peindre certains endroits à d’autres?

Vers la fin de la semaine, nous pensons où peindre. La plupart du temps, nous allons vers des murs où nous pouvons peindre librement. Nous aimons faire des réunions avec d’autres groupes. Là où nous étions à Reims nous aimions trouver des lieux vides, avec de la texture, de l’architecture, des ambiances spéciales, des usines, des maisons abandonnées. Nous préférons ce contexte aux murs dans la rue. Cela nous fait peindre plus expressivement et sensiblement parce que nous établissons un lien entre l’espace et notre peinture.

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

Quelles autres surfaces aimez-vous peindre et laquelle a été la plus insolite ?

Nous aimons vraiment les murs grands et hauts d’extérieur. Parfois, nous travaillons sur d’autres supports pour donner à notre production de nouvelles directions : papier, carton, toile, autocollants, emballage, les toilettes de bar, les gens. Nous faisons quelques productions inhabituelles comme des chaussures, des bateaux, des vêtements, des planches de skate. Il n’y a pas de surface parfaite comme chaque surface est un nouveau défi et il rend nos expériences plus riches et spéciales.

Le collectif comprend des graphistes, des éditeurs vidéo, des illustrateurs. Comment ces techniques alimentent le travail que vous mettez en place à l’extérieur ?

Nous essayons d’influencer notre street art avec ces techniques. Par exemple, nous aimons mettre des références de design dans notre peinture. Nous aimons créer des liens entre des anciennes références et la pratique contemporaine et le rendu visuel. Parfois, nous travaillons sur l’infographie, le pliage, pour préparer une intervention. Nous pensons également que nous pouvons trouver des références et des idées dans tous les domaines (cinéma, théâtre, produits, publicité, optique) pour rendre nos peintures plus spécifiques et proches de nos méthodes de travail et de vie.

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright OnOff crew

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright 2012 Demian Smith

LIMO - ON OFF CREW Paris Street Art Photo: copyright 2012 Demian Smith

Votre récente exposition à la galerie La Friche dans le quartier de Paris, Belleville, présente une installation inhabituelle et complexe. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette exposition.

Ça fait un moment que nous questionnions le concept de volume dans nos oeuvres 2D. L’idée à ce moment était d’introduire de la profondeur dans le mur en faisant l’expérience avec l’effet 3D de lunettes bicolores, bleu et rouge, comme un graffiti optique. Lorsque Photo Graff Collectif (PGC) & la Galerie Frichez-Nous la Paix nous ont demandé d’intervenir dans leur espace, nous nous sommes dit que ça pourrait être une bonne occasion d’aller plus loin dans notre réflexion au sujet du volume 3D. Nous avons donc commencé à réfléchir à une installation unique qui correspondrait seulement à cet espace pour l’exposition. Cet espace devait être la représentation de l’ambiance de nos murs en trois dimensions. De cette manière, les spectateurs étaient totalement immergés au cœur de notre monde, un monde surréaliste et très coloré, dont nous avons surligné les traits afin qu’il ait plus d’impact.

Notre expérience du design de produit à l’école nous a aidé à rendre l’idée principale de volume plus concrète, avec l’aide de nos amis du Club 300. Nous travaillons cinq jours et cinq nuits dans une vraie ambiance d’atelier. L’ensemble de l’installation était composée de cônes verts et colorés, des lapins blancs, des petites maisons et ce personnage noir. L’homme noir de OnOff nommé “Colonel Pröls” a atterri sur ce monde par hasard (comme spectateur), et il est entouré d’un monde à l’activité étrange, le nom “Enter the Wall” était donc une évidence pour nous.

Quel est selon vous l’importance du street art ?

Pour nous, le street art (ou l’activisme de rue) est un mode de vie. Nos yeux et notre cerveau sont toujours à l’affut d’espace, d’idées, de logotype, de publicité, d’interaction entre les personnes et les zones de rue. Notre pratique nous donne l’occasion de nous exprimer avec une grande liberté. Le street art est aussi un moyen qui nous aide à attirer l’attention des gens dans leur vie quotidienne, peu importe la façon dont nous le faisons: graffiti, autocollants, dessin, installation, affiches.

Avez-vous des plans pour 2012?

Le plaisir, rire, des idées, de nouveaux concepts, de la peinture, voyager avec mes potes: Limo, Jok, Olson, Kanos.

—-

OnOff remercie spécialement le Club 300, Rachel, Louise, Simon, Lucie, Juliette, Arnaud, Jeremy, Margaux, Neoar et PGC et la galerie Frichez Nous La Paix.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn