Interview avec Nelio

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Nelio street art graffiti rue du paradis 10 arrondissementNelio peint rue du Paradis dans le 10e arrondissement de Paris

Est-ce que ta production artistique est plus basée sur le processus ou le résultat?

J’ai trois manières de produire mes oeuvres: soit elles se basent sur une réflexion, soit elles sont réalisées comme un exercice ou une expérimentation. Quand mon travail est basé sur une réflexion, je transmet certains messages dans mes peintures, que ce soit en relation avec les observations du monde qui m’entoure, ou par des réflexions introspectives, philosophiques ou politiques. Mais à la manière d’un graphiste lorsqu’il créé un logo, je vais condenser toutes les idées de base, de sorte à ce qu’elles se transmettent parfois seulement par une forme ou une couleur. Cela devient moins évident, plus complexe, et donne lieu à des interprétations différentes. Ainsi, le message peut être le point de départ de création mais pas forcément l’objectif final de l’oeuvre.

A d’autres moments, le point de départ de mes peintures est un exercice. Celles-ci peuvent donc être une représentation de mes recherches actuelles, une étape dans ma construction artistique, que ce soit dans la composition, la couleur, la forme, la matière, la lumière, le volume,… De cette façon, mes peintures parlent parfois exclusivement de peinture.

Nelio street art graffiti rue de la fontaine au roi11 arrondissementPeinture spontanée rue de la Fontaine au Roi, dans le le 20e arrondissement de Paris

Une troisième méthode de création, plus expérimentale, est établie lorsque je tente de transcrire simplement des sentiments ou des émotions, sans narration ou message caché, lorsque je veux atteindre une totale abstraction. En travaillant de cette manière, je me surprend parfois avec mes propres créations, cela se produit notamment quand je fais des séances de dessins automatiques, c’est à dire dessiner aussi vite que possible sans prendre de recul. Je suppose que l’inconscient prend une part plus importante dans ce type de travail.

Au final, tous ces processus de création se mélangent, afin de créer un fil conducteur général dans mes travaux, mais aussi pour faire ressortir un sentiment d’incertitude chez le spectateur, qui ne sais plus exactement que penser ou ressentir. “Quel est le message dans cette peinture? Y a t’il un message en elle? Qu’est-ce que ça représente? Est-ce figuratif? Abstrait? Y a t’il quelque chose d’écrit? Est-ce juste une peinture décorative? Un exercice? Est-ce le résultat d’un croquis élaboré ou une improvisation?,” et ainsi de suite. Même si le point de départ, le processus ou l’objectif sont parfois évident, je tente de faire en sorte que chaque peinture permettent ce genre de questionnement.

Nelio architecture street art graffiti rue de la fontaine au roi11 arrondissementL’architecture complète le style géométrique de Nelio, rue du Paradis dans le 10e arrondissement de Paris

Quelle est ta relation avec le graphisme? Et l’architecture?

J’ai découvert le graffiti quand j’avais treize ans. Le plaisir de créer des lettres m’a conduit à m’intéresser au graphisme, que j’ai étudié un peu plus tard. Ce que je préférais était la création de logo, et les rendus de la sérigraphie. Je pense que mes graffitis ont évolué quand j’ai incorporé ces influences et commencé à peindre des formes symboliques avec des aplats de couleurs, comme c’est souvent le cas en sérigraphie.

El Lissitzky, A Proun suprematism copyright 1925 Une oeuvre “Proun” de l’artiste suprématiste russe El Lissitzky. Collage, encre et aquarelle, sans-titre (1925)

En 2011, j’ai arrêté de faire du graphisme pour me consacrer pleinement à mes créations personnelles. Etant autodidacte, j’ai beaucoup de lacunes en histoire de l’art, mais je pense que mon esthétique est assez proche du Constructivisme et du Suprématisme. Pendant longtemps, je peignais comme si je jouais avec des Lego ou un jeu de construction, en essayant de créer de nouvelles compositions avec des éléments limités, tels que des carrés, cercles ou triangles. Maintenant, j’expérimente progressivement avec des formes qui sont un peu plus libres, plus aléatoires.

Ce désir provient de mon intérêt pour les lieux abandonnés, et de leur architecture en partie détruite. Le genre d’endroit où je suis le plus inspiré pour créer est lorsqu’il y a des murs rectilignes avec des parties qui s’effondrent. Je trouve la symbolique et le contraste très intéressants. En interagissant avec les éléments existants, y ajoutant mes formes et couleurs, un récit se développe et l’espace devient un peu plus spécial.

J’aime expérimenter différentes techniques car je trouve que ça nourrit et fait évoluer mes créations. Lorsque je dessine avec un stylo très fin sur du papier, cela sera complètement différent d’une peinture dans un lieu abandonné par exemple. L’un, axé sur la méticulosité, aura un aspect plus intime et précieux, tandis que la fresque s’appréciera davantage avec un certain recul, car elle est indissociable de l’ambiance qui l’entoure, et subira plus rapidement les effets du temps. Les deux sont intéressants et j’aime jouer avec leurs  codes. C’est ce qui me pousse aussi à peindre à la fois sur de très petits formats et des grandes façades, sur toile et autres supports, faire de la sérigraphie, de la gravure, des sculptures en bois.

Nelio graffiti street art rue du paradis 10 arrondissementUne attitude de production “Do It Yourself” réside au coeur de la culture graffiti – street art

Comment tu choisis tes “canvas”?

Je préfère peindre dans les lieux abandonnés. En ville, je ne suis pas inspiré pour peindre un mur lorsqu’il y a de la publicité autour. Et je ne cherche pas le plus visible ou le plus grand mais plutôt le plus charmant. Quand il y a un environnement intéressant, tel que l’architecture, l’atmosphère de l’endroit, les couleurs, etc. Je ne suis pas fan des murs sans expression, je travaille mieux quand le mur a une histoire et commence à s’effriter, j’aime y créer un contraste fort avec mes formes géométriques aux aplats propres. Ma façon de travailler dans la rue est toujours en relation avec le lieu.

Nelio architecture street art graffiti rue du paradis 10 arrondissementLa gestuelle de Nelio pour peindre cette oeuvre à grande échelle adaptée à l’espace environnant, rue du Paradis dans le 10e arrondissement de Paris, devient une performance

—-

Apprenez-en plus sur Nelio, ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn