Réflexions sur “The Flower Guy” aux multiples facettes, Michael De Feo

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Michael De Feo Flower Guy Goncourt Belleville Oberkampf graffiti - street art parisRue Robert Houdin, Paris 11éme Arrondissement.

Ecrit par Jess Zimmerman :

Michael de Feo se sent aussi à l’aise en cherchant les ennuis avec la police d’Amsterdam qu’en critiquant le jargon du monde de l’art. Cet artiste à multiples facettes – travaillant moitié dans la rue, moitié pour des galeries – parvient à rester sur la fine ligne de démarcation entre le prétentieux monde de l’art et le moins affecté monde de la rue.

De Feo vient à Paris avec une mission qu’il a répétée de très nombreuses fois auparavant : peindre des fleurs. Ce n’est pas vraiment surprenant pour un artiste qui travaille sous le pseudonyme “The Flower Guy”, et ce depuis vingt-deux ans.

Cela doit-il imposer le respect ou devrions-nous nous interroger sur sa santé mentale ? La vraie question est plutôt : voir ses fleurs devenues une icône lui donne-t-il envie de les jeter ? Bah voyons ! Ce new-yorkais reste fidèle à la plante qui l’a rendu célèbre.

Michael De Feo Flower Guy photo reportage - street art parisDe Feo à rue Robert Houdin, Paris 11éme Arrondissement.

Avec de légères modifications qui apportent clairement un soulagement à ce fanatique des fleurs dans son infini cycle de reproduction, De Feo crée ses oeuvres avec un sens quasi-obsessionnel du détail. Et malgré cet aspect névrosé, c’est indéniablement prolifique et cela attire le regard.

Il a beau avoir gagné sa crédibilité en tant qu’un typiquement pauvre étudiant d’art récupérant du papier des poubelles sur la 17è et Broadway, cet artiste a trouvé une nouvelle voie confortable – une qui se divise bizarrement entre les galeries et la rue, et qui met à jour plus d’un paradoxe dans un voyage orageux passé à créer des oeuvres à Paris.

L’art de De Feo va de l’illégal au commercial, faisant de lui à la fois un mauvais garçon et le rêve de tout propriétaire de galerie. Ce n’est pas nouveau que le monde de l’art aime garder à l’oeil ce qui est “chaud et à la mode”, et New York peut se vanter d’avoir la première amené le street art dans les galeries dans les années 70. Mais De Feo a-t-il pour autant perdu de vue la nature rebelle et la guerrilla mystique à l’origine de ce mouvement ?

Il chevauche en effet une fine ligne, passant d’un rôle à l’autre. Il dit lui-même retenir un penchant inné pour “secouer le status quo, faire quelque chose qui ne devrait peut-être pas être fait ou qui n’est pas attendu, ou qui d’une certaine façon violente quelque chose”, mais ses converses blanches flambant neuves semble révéler quelque chose d’autre.

C’est une chose de parler, c’en est une autre d’agir, et même si De Feo se lève comme tous les adorés hors-la-lois, écrivains et artistes, ses vêtements, ses pointilleuses préférences en terme de peinture, et sa facilité notable à être vu du public, peuvent, ou non, l’avoir placé dans un autre camp.

Michael De Feo Flower Guy Belleville - street art parisThe Flower Guy ensures he gets the perfect shade at rue Robert Houdin.

Michael De Feo Flower Guy Canal Saint Martin Belleville graffiti - street art parisMichael De Feo à Rue Juliette-Dodu, Paris 10éme Arrondissement.

Michael De Feo artwork for sale at Rush Arts Gallery New York - street art paris‘Bloemen (A bedtime story)’, 2014, 53.5 x 40 inches – acrylique et spraypaint et les cartes sur la toile. Nouveau travail par Michael De Feo pour sa exposition à Rush Arts Gallery, New York, ‘Pocket Full of Posies’‘.

Michael De Feo Flower Guy Rush Arts Gallery New York flower paintings - street art parisMichael De Feo à l’exposition, ‘Pocket Full of Posies’ à Rush Arts Gallery.

Sans porter de jugement (trouvez-moi un artiste sans excentricités, ou qui maintient une ferme distance avec la commercialisation), De Feo incarne les contradictions de le street art aujourd’hui. Les graffitis sont-ils devenus des marchandises dans les galeries ? Est ce que cela lui enlève de la valeur ? Comment un mouvement au départ illégal change-t-il lorqu’il reçoit la reconnaissance de la société et est perçu comme un enrichissement culturel ?

C’est une zone grise sans réponses claires, et il y a beaucoup d’opinions différentes. Mais au final, De Feo, à la fois célébré dans les galeries et extraordinaire peintre floral, n’a pas totalement perdu de vue sa première motivation :

“La valeur intrinsèque n’est pas ce qui se passe quand vous rencontrez l’oeuvre, mais ce qui se passe après. Cela ouvre vos yeux, vous fait remarquer ce qu’il y a autour de vous. Quand vous serez sur votre trajet habituel, vous aurez peut-être moins d’oeillères. Peut-être que vous ne regardez pas le street art, que vous regardez n’importe quoi d’autre dans votre environnement immédiat, mais quoi qu’il en soit, les choses deviennent plus engagées”.

Michael De Feo Flower Guy pasted artwork Philadelphia - street art paris Philadelphia.

Michael De Feo Flower Guy mural painting street art - street art parisPeinture sur volet. 

Michael De Feo Flower Guy wheatpasted street art in New York - street art parisMichael De Feo, collage, New York.

Michael De Feo Flower Guy wheatpasted street art in New York - street art parisNew York. 

San Pedro, Belize - Michael De Feo Flower Guy - street art parisThe Flower Guy arrive à San Pedro, Belize.

Michael De Feo Flower Guy wheatpasted New York street art - street art parisCollage à San Francisco.

Children Museum of the Arts in New York City Michael De Feo Flower Guy - street art parisChildren Museum of the Arts à New York.

Michael De Feo Flower Guy street art in Buenos Aires - street art parisMichael De Feo collage, Buenos Aires. 

Michael De Feo Flower Guy pasted street art in New York - street art parisFleur collée juxtaposé à de vraies fleurs, New York.

Michael De Feo Flower Guy mural painting in Greenwich Connecticut - street art parisGraffiti, Greenwich, Connecticut.

Michael De Feo Flower Guy The London Police street art in Spring Street in New York City - street art paris 11 Spring Street in New York City.

Michael De Feo Flower Guy Saint Remy-de-Provence - street art parisSaint Remy-de-Provence. 

Michael De Feo Flower Guy New York - street art parisNew York.

Michael De Feo Flower Guy canals of Venice - street art parisMichael De Feo, canaux de Venise.

Michael De Feo Flower Guy - street art paris - Homage to Caillbotte’s rainy day in Paris is in Tarascon-de-ProvenceHomage au jour de pluie à Paris Caillbotte, Tarascon-de-Provence.

Michael De Feo Flower Guy - street art parisFleur peinte à la main.

Michael De Feo Flower Guy stickers - street art parisMichael De Feo tient un sticker de son iconique fleur. Photo par Joe Russo.

Michael De Feo Flower Guy wheatpasted street art in Turks and Caicos - street art parisUne fleur collée dans son habitat naturel, Turks and Caicos.

———-

Pour écouter l’interview de Michael De Feo par Underground Paris sur Radio Marais, c’est ici.

———-

Pour le site de MDF, c’est ici.

Pour l’Instagram de MDF, c’est ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn