Ox détourne les panneaux d’affichage parisiens

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

OX street art paris 3 IMG_0729-copy
L’artiste français OX a dernièrement détourné des publicités à Villeneuve-Saint-Georges, dans la banlieue sud de Paris, un travail artistique bien spécifique pour le site et le climat de ce lieu hors de la ville. OX aime afficher ses oeuvres dans les paysages arides de banlieue, d’autant plus qu’il devient de plus en plus difficile de détourner les panneaux d’affichage parisiens.OX street art paris IMG_0747-copyOX street art paris IMG_0725-copyOX street art paris 4 IMG_0728-copy OX street art paris 5 IMG_0767-copy OX street art paris 6 IMG_0764-copy OX street art paris 7 IMG_0775-copy Cette dernière oeuvre incorpore le poteau du panneau d’affichage qu’OX noue et camoufle avec le ciel bleu de Paris. OX habite dans l’est parisien et a transformé des panneaux d’affichage dans toute la France et à travers l’Europe. Pour lui, l’architecture du centre de Paris ne lui permet pas d’exposer ses travaux pour deux raisons : tout d’abord, les rues sont trop étroites et ne permettent pas aux passants d’avoir une bonne visibilité sur ses oeuvres, ce qui ne permet pas non plus de prendre de bonnes photographies. Mais aussi parce qu’il trouve qu’il devient de plus en plus difficile de trouver des panneaux à détourner dans le centre de Paris.

Face àcette difficulté, la première chose qui vient à l’esprit de l’auteur de ces lignes est la pression de la police. Cependant, OX reconnait n’avoir jamais été arrêté en train de coller ses oeuvres d’art minimalistes par-dessus des publicités. La difficulté vient donc plutôt de la prolifération de nouvelles formes de panneaux d’affichage, technologiques, comme les panneaux à publicité tournante, protégés par une vitre, qui ne permettent pas d’y apposer papier et colle. Les panneaux d’affichage à l’ancienne, avec du papier et de la colle, sont aujourd’hui bien plus présents dans les banlieues parisiennes.

OX visitera bientôt Birmingham en Angleterre, où il n’y a encore que peu de panneaux d’affichage technologiques, une donnée qui suscite bien entendu son enthousiasme. Il est très facile de trouver des panneaux en bois dans la seconde ville la plus peuplée de Grande-Bretagne, vous savez, ces panneaux qu’on a tous vu enfants.

Face à l’adversité, OX prend le temps de réfléchir aux lieux dans lesquels il placera ses oeuvres. Cela lui permet également de viser un autre but important pour lui : ajouter un contexte à ses oeuvres. Cependant, il peut y avoir parfois quelques imprévus. Sa dernière oeuvre, par exemple, devait être placée 500 mètres plus loin sur la route, mais le panneau originellement prévu pour accueillir son travail présentait une publicité pour la campagne contre le Sida.OX street art paris 8 OX-original-location-IMG_1204 Le travail de rue d’OX n’est pas dirigé contre la société de consommation de manière intentionnelle. Ses opinions personnelles n’entrent pas en compte dans le choix des panneaux publicitaires qu’il détourne. Malgré tout, on peut affirmer qu’il choisit consciencieusement de ne pas recouvrir les publicités d’utilité publique, comme celle concernant les dangers des maladies sexuellement transmissibles, par exemple.OX street art paris 9 IMG_0721-copy————–

Pour voir le site internet d’OX, c’est ici.

Pour voir le site d’une organisation explicitement contre la société de consommation, qui s’intéresse aux panneaux publicitaires, un réseau mondial de détournement de culture, et des travaux créatifs qui veulent changer les courants de l’information, la façon dont les grandes entreprises exercent le pouvoir, et la façon d’être de notre société, Adbusters, c’est ici

Pour voir le site de Jordan Seiler, le blog Public Ad Campaign, c’est ici

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn