Vhils aka Alexandre Farto se fait Le M.U.R. à Oberkampf

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Vhils Paris Le M.U.R - Alexandre Farko - Street Art. Copyright 2012 Demian Smith

L’artiste portugais de street art Alexandre Farto, connu sous le nom de Vhils, est le dernier invité commissionné par l’association, Le M.U.R. Vhils est au sommet de la hiérarchie street art, voyageant sans cesse, en principe sur invitation, réalisant des expositions individuelles de grande échelle, incluant des musées (voir, “every artist’s wet dream”)

Le nom Le MUR vient du mot français mur, mais il s’agit ici d’un acronyme, pour Modulable, Urbain et Réactif. Le projet Le MUR se concentre sur un panneau d’affichage de trois mètres sur huit dans le quartier bobo de Oberkampf, à Paris dans le 11ème arrondissement, mis de côté par le conseil local, ou la mairie, dans le but principal d’agir comme un «espace de projet» où graffitis et street artistes peuvent produire et exposer à l’extérieur avec autorisation.

Le portrait de Vhils a été réalisé en utilisant un collage et un pochoir en papier, ce qui est inhabituel par rapport à sa pratique normale – il est devenu célèbre pour ses oeuvres où il extrait plâtre et briques des murs. Pour réaliser ces visages expressifs dans la pierre, il utilise généralement un marteau, un burin et un marteau piqueur, d’ordinaire, mais il a expérimenté les explosifs, cherchant toujours à révéler les différentes couches, ou les histoires des murs.

Le M.U.R. - Association Modulable Urbain Reactif - Vhils aka Alexandre Farko Paris Street Art Photo: copyright 2012 Demian Smith

Les portraits et les moyens qu’il utilise pour communiquer son art dans l’espace public sont le plus souvent une manière de réengager notre attention sur des espaces autrefois vides, en y ajoutant un nouveau sentiment d’appartenance. Les sujets qu’il a tendance à représenter sont soit les visages d’étrangers ou de locaux qu’il rencontre. En montrant les expressions de gens ordinaires, il crée un discours sur la vie dans l’espace urbain et l’interdépendance entre les personnes et leur environnement. La brutalité destructrice de la technique et la qualité esthétique vivante permettent d’atteindre un résultat final unique et poétique.

Ayant grandi à Lisbonne, dans une maison où il a été exposé à la politique laissée par son père militant, et après avoir peint des graffitis classiques sur des trains, Farto a poursuivi son chemin en entrant à la prestigieuse école d’art de Londres, Central Saint Martins. En 2008, à l’âge de 21 ans, il a été invité à faire des oeuvres au Cans Festival organisé par Banksy, trois jours de “fête de rue de l’art du pochoir”. Les portraits sculptés de Vhils pour l’occasion ont fait la une du journal britannique The Times, et il a été immédiatement reconnu mondialement, obtenant d’être représenté par l’ancien galeriste de Banksy, Steve Lazarides.

Toutes les deux semaines, un artiste différent est chargé de réaliser une oeuvre sur le mur, l’ancienne oeuvre d’art étant recouverte par la nouvelle, imitant le caractère éphémère du street art. Le projet a été conçu par l’artiste Jean Faucheur en 2003 et a accueilli de nouveaux travaux sur son panneau toutes les deux semaines depuis 2007. Une visite sur son site internet révèle le nombre impressionnant d’artistes qui ont participé au projet.

Vhils aka Alexandre Farto Paris - Le M.U.R. - Association Modulable Urbain Reactif - Street Art Photo: copyright 2012 Demian Smith

—-

Site de Alexandre Farto, ici.

Site de l’association Le M.U.R., ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn