Interview video avec Shepard Fairey

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Shepard Fairey Obey 10e IMG_2227

Streetartparis.fr et My Life On My Bike ont eu l’opportunité d’interviewer un des street artistes les plus populaires au monde : Shepard Fairey. C’est une grosse responsabilité d’interviewer un artiste comme lui, qui est autant impliqué dans le Business et que dans la politique. Mais oui, en tant que journaliste de street art je crois que quand on a de bonnes intentions et que notre but est d’assimiler ce que les artistes ont à montrer de manière positive, nous faisons les bonnes associations.

– Maria Fernanda Schweichler, journaliste culturelle brésilienne

—-

Shepard Fairey est le cerveau derrière la campagne Obey Giant, ainsi que le poster de Barack Obama Hope, qui s’était répandu sur toute la planète au cours de la première campagne d’Obama pour les élections présidentielles américaines. Shepard est venu à Paris pour le lancement de la collection Levi’s dans leur flagship des Champs-Élysées ainsi que pour la réalisation d’un immense mur dans le treizième arrondissement de Paris.

Au cours de l’interview, nous avons parlé de sa relation avec le monde de la mode, du projet Levi’s, de tous les programmes caritatifs dans lesquels il est impliqué mais aussi de l’aide qu’il apporte à de nombreuse institutions, ainsi que de son ressenti concernant le fait qu’il ait influencé beaucoup de personne à voter pour Barack Obama avec son poster Hope.

Il est difficile de nier que Shepard est un mix entre artiste, politicien et businessman. En parlant avec lui et en écoutant sa forte voix et ses réponses savamment articulées, j’ai réalisé qu’il avait le pouvoir exceptionnelle de marquer la différence et d’être un exemple. C’était sincèrement émouvant d’entendre à quel point il se sent concerné et met ses profits au service des autres et l’environnement en collaborant avec des organisations à but non lucratif comme Occupy Wall Street, Surfrider Foundation et beaucoup d’autres.

Quand l’interview s’est terminée, je lui ai demandé informellement s’il avait prévu de peindre quelque chose à Paris, et nous avons donc eu l’information, de source sûre et en avant première, de l’adresse du mur qu’il allait peindre (qui était gardée secrète les deux premiers jours de travail). Le mur a été peint durant trois longues journées, et nous étions là à suivre étape par étape l’évolution de son travail, que vous pouvez voir dans la vidéo et dans notre précédent article.

Le troisième jour (Dimanche 18 juin), la galerie en charge du projet a invité les médias, les fans et les personnes impliquées dans le street art à une conférence sur l’immeuble résidentiel qu’il était en train de peindre. Comme une superstar, Shepard était là posant pour les photographes et signant des autographes avec patience, alors même qu’il lui restait beaucoup de travail avant de finir cette peinture noire et rouge, complexe et magnifique.

Entre jeudi et dimanche, My Life On My Bike et Streetartparis.fr ont suivi différents moments, et sous différents angles, le séjour de Shepard à Paris afin de produire la vidéo que vous pouvez regarder dès à présent (voir au dessus) pour découvrir les idées positives de Shepard Fairey et les détails de sa performance parisienne.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn